nippondz

pour tout les fans de manga et de jap-animation :)
 
AccueilPortailFAQRechercherGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 la fabrication des sabres (Suite)

Aller en bas 
AuteurMessage
erik
Novice
Novice
avatar

Masculin Nombre de messages : 48
Age : 29
Localisation : ALGERIE / alger
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: la fabrication des sabres (Suite)   Ven 18 Avr - 21:58

La tsuba ou garde était à l'origine un disque, un carré ou une autre forme, en acier plein de 4 à 6 mm d'épaisseur, fabriquée par le forgeron lui-même. A partir du 16 ème siècle, à la fin des guerres internes au Japon et sous l'égide des Tokugawa, la tsuba s'est embellie pour concilier protection et beauté, se transformant ainsi en objet de décoration sans pour cela délaisser le coté pratique. Elles étaient fabriquées en Shakudo et Nunome (damasquinage) qui est un mélange de cuivre et or, on pouvait ainsi retrouver différents ornements que ce soit floral, animal ou guerrier.

Tsuba de katana.
Seppa dai : centre de la tsuba, qui est une place destinée à recevoir recto/verso des cales d'épaisseur ovoïdales nommées seppa qui sont généralement au nombre de 2 ou plus, mais toujours par chiffre pair. Cette partie de la tsuba reste vierge de toute gravure à l'exception de la signature du forgeron. Toutes les tsuba ne sont pas systématiquement signées, ce qui ne gache en rien la valeur de la pièce.

Tsuba de wakizashi .
Kogai histu ana & Kosuka hitsu ana: 2 trous perçés autour du seppa dai permettant le passage du Kogai (petit couteau) et du Kozuka (épingle). Certaines tsuba n'en possédaient pas. A la suite d'un remontage sur d'autres lames, le Kogai hitsu ana et Kosuka hitsu ana étaient obtrués par du Shakudo, du plomb ou un métal précieux.
Mimi Gata : correspond à la partie extérieure de la tsuba.

Tsuba de wakizashi (Ecole Akasaka).
Les artisans étaient passés maître dans l'art de la ciselure, les ajourages ainsi que les incrustations; elles étaient fines et précises, d'une grande beauté, incluant des métaux précieux (or, argent). Les nombreuses écoles du Japon définissaient leur style de fabrication reconnaissable encore à l'heure actuelle

Tsuba de tanto

Tsuba de katana.
Hitsu ana : perçage au centre de la tsuba au profil de la soie ou Nakago (soie de la lame servant au manchonnage de la poignée), celui-ci est dénommé Nakago hitsu ana. Son ajustage sur la soie était précis, mais si on voulait positionner la tsuba sur un autre sabre deux options : soit on l'élargissait, soit on rajoutait à chaque extrémité du hitsu ana, deux petites cales en cuivre nommées Seki gane pour compenser un Nakago plus petit; celles-ci étaient matées sur la tsuba.

Tsuba de wakizashi .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erik
Novice
Novice
avatar

Masculin Nombre de messages : 48
Age : 29
Localisation : ALGERIE / alger
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: la fabrication des sabres 2   Ven 18 Avr - 22:12

Rectangle de cuivre enchassant la soie au niveau du Munemachi & du
Hamachi.
La fonction première de l'habaki est de maintenir le sabre dans son fourreau (saya) mais cela ne s'arrête pas là, effectivement l'habaki sert aussi à atténuer les vibrations engendrées par des coups violents sur la lame lors des combats oû lors d'une coupe. Elle sert également de butée pour les seppa, la tsuba et la tsuka.

Katana civil sur koshirae de Gunto.
L'opération commence par le pliage d'une plaque de cuivre mis en forme par martelage autour de la soie au niveau du Hamachi et du Munemachi. Une fois l'habaki mis en forme autour de la lame, une petite pièce triangulaire (machigane) sera placée à l'intérieur du habaki sur la partie inférieure au niveau du Hamachi(bas); les deux pièces seront soudées.

Habaki "avant & aprés "remplacement. sur sabre de la période Showa.
L'habaki est toujours fabriqué avant le saya car celui-ci est ajusté avec la lame sur les deux sections de magnolia servant à la fabrication du saya. La finition extérieure peut être lisse, striée (yujo) en forme de vague, recouverte d'or ou d'argent en fonction de la convenance du propriétaire de la lame et de la qualité de celle-ci.
Un bel habaki peut suggérer une lame " intéressante ".

Habaki de Katana en cuivre.
Fabrication du Habaki

Habaki de katana.
L'habaki peut-être fabriqué dans divers matériaux en fonction des souhaits du possesseur de la lame : or, argent, cuivre, shakudo, très rarement en bois(hé oui)...
Généralement l'habaki est en cuivre.

Habaki de wakizashi avec "Mon".
L'habaki n'a absolument aucun jeu mais peut quand même être démonté du fait de son enchassement, pour le nettoyage de la lame. Une fois cette opération terminée l'habaki sera repositionné sur la soie de la lame, remartelé pour parfaire sa forme; la finition sera assurée à la lime en respectant la symétrie de la pièce, celle-ci doit être conique tant sur les profils qu'au niveau de la partie supérieure et inférieure de l'habaki, permettant ainsi un bon maintien dans le saya (fourreau). Coté tsuba, l'habaki fini droit, coté lame l'habaki peut finir en rayon, droit ou stylisé, des joues latérales peuvent également être soudées de chaque coté de l'habaki.

Différents types d'habaki sur des sabres de périodes 18,19éme .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erik
Novice
Novice
avatar

Masculin Nombre de messages : 48
Age : 29
Localisation : ALGERIE / alger
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: la fabrication des sabres 3   Ven 18 Avr - 22:27

La fabrication de la tsuka est identique à celle du Saya : deux coquilles de magnolia sont ajustées sur la soie, la longueur de la tsuka dépend surtout de la morphologie du possesseur.

Différents modèles de tsuka
Le same est composé d'une seule pièce sur la tsuka englobant les deux coquilles de bois. Coté omote (extérieur), les deux plus gros nodules seront positionnés au centre de la tsuka au niveau du kashira, le coté oura (intérieur lors du port du sabre) recevra les terminaisons qui se situeront exactement au centre de la tsuka, créant ainsi une ligne du fuchi au kashira.

Manchonage du fuchi
La dernière opération consiste au tressage du tsuka ito. Le commencement du laçage se situe du coté omoté au niveau du fuchi. Chaque noeud sera assuré d'un bon maintien par le positionnement de deux triangles de papier au dessous du laçage. Un premier menuki sera placé du coté omote à quelques centimètres du fuchi, le second sera placé du coté oura à la même distance (ces longueurs peuvent variées en fonction de la tsuka). Un premier noeud de finition sera positionné coté oura, les deux pendants du tsuka ito passeront dans le kashira et seront noués du coté omote.

Tsuka de wakizashi
Il y'en a des gens qui pratique le iado avec une longueur de tsuka de 3 mains (28 cm). Une tsuka de tanto peut avoir la même longueur qu'une de Wakizashi, il n'y a pas de règle stricte dans les longueurs et épaisseurs de tsuka. Une fois les deux coquilles de magnolia ajustées, on procède à la mise en forme extérieure pour permettre la pose du samé (peau de raie).

Tsuka & tzuba avec menuki en suite
Le same peut avoir deux couleurs différentes : blanc (classique) ou noire avec le sommet des nodules blancs. Cette opération terminée, deux pièces de monture seront ajustées sur le bois, le kashira (arrière de la tsuka) et le fuchi (avant de la tsuka). Ces pièces peuvent être en corne, en shakudo, en argent etc.. et généralement en suite. Un orifice pour la passage du mekugi sera perçé dans la tsuka. Le mekugi (goupille) maintenant la poignée sera caché par la tresse coté omoté et ressortira entre deux tresses coté oura.

Tsuka Katana avec son laçage caracteristique de la rebellion de Satsuma.
La durée de " vie " de la tsuka ito est généralement d'une centaine d'années du fait de manipulations multiples, du PH de la peau et des éléments extérieurs.
En règle générale, la longueur de la tsuka ito pour un katana peut se situer entre 3,50 m et 3,80 m.
Pour le nettoyage des pièces de monture, ne jamais utiliser de produits abrasifs, de l'eau savonneuse suffira amplement.

Tsuka de Wakizashi kashira & Fuchi en suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erik
Novice
Novice
avatar

Masculin Nombre de messages : 48
Age : 29
Localisation : ALGERIE / alger
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: la fabrication des sabres 4   Ven 18 Avr - 22:40


La fabrication du saya (fourreau) résulte de la superposition de deux coquilles de magnolia préalablement ajustées très précisément pour ne pas que la lame flotte dans le saya et ne frotte dans celui-ci, rendant à néant le travail du polisseur.
Le saya est la seule protection de la lame, il doit être réalisé avec une grande minutie.
Sa conception commence par le choix du bois, : le magnolia, pourquoi cette préférence ? tout simplement parce qu'il a la particularité d'être hygrométrique, le travail de ce bois est simple, les fibres se prêtent bien à la découpe du ciseau à bois.

Saya de Yari.

--------------------------------------------------------------------------------

Découpe au ciseau à bois de deux coquilles d'un saya de katana.
Le profil de la lame est dessiné sur les deux planches de magnolia, la coupe au ciseau a bois peut donc s'effectuer en suivant les découpes du traçage, l'ajustage s'effectue toujours avec l'habaki qui sert au centrage de la lame. Les deux coquilles ne sont pas exactement identiques à l'intérieur; un excentrage se situe sur une des deux coquilles au niveau de la partie située en face du tranchant de la lame, dans l'optique d'éviter une coupe du fourreau dans le sens de la longueur, au niveau du collage du fourreau suite à un dégainage hasardeux.

Koshirae complet en fabrication pour un katana .

--------------------------------------------------------------------------------

koshirae de waki shinto avec dragon sur le saya.
La lame doit jaillir du fourreau sans émettre un seul son. Après l'ajustage et le collage des deux coquilles, l'extérieur est raboté et poncé pour permettre l'ajustage du kane guchi (bague en corne ou cuivre même en fer , qui enserre les deux coquilles au niveau du habaki). Lorsque la lame est rengainée avec toute sa monture, une vue de profil montre une courbure parfaite sans aucune excroissance du kogiri (extrémité du fourreau) au kashira (extrémité de la tsuka). Après le positionnement du kane guchi, on ajuste le kurigata (petite pièce en corne percée fixée sur le coté omoté du saya) pour permettre le passage du sagéo qui sert au nouage de celui-ci sur le hakama (habit traditionnel). En fonction de la commande du samourai, l'extrémité du fourreau (kogiri) pouvait recevoir du bois, du fer, de la corne pour augmenter la solidité du bout du fourreau.

Trés fin dessin à la laque ,motif d'oiseau et de fleurs sur un saya de Wakizashi.

--------------------------------------------------------------------------------

Laquage rouge & sulpture fine sur un Hachiwara ; l'ancêtre du Sei.
La partie la plus délicate de la finition du fourreau est le laquage, il s'effectue par l'application d'une laque naturelle, en couche successive, entre chaque application, un ponçage minutieux est effectué. Certains fourreaux peuvent totaliser jusqu'à plus de 25 couches de laque. Avec ce système elles sont invisibles et le fourreau moins sensible aux chocs et parfaitement étanche à l'humidité et la pluie pour une protection optimale de la lame.

Saya en alu et sa protection en cuir sur shin gunto
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
erik
Novice
Novice
avatar

Masculin Nombre de messages : 48
Age : 29
Localisation : ALGERIE / alger
Date d'inscription : 14/04/2008

MessageSujet: wi   Ven 18 Avr - 22:47

pour d'autres information aller consulter http://monsite.wanadoo.fr/nippon_to/ car g pas asser de temps pour les poster je doit reviser moi aussi , car je suis beaucoup en retard alor a la prochaine fois pour plus d'infos. hooo
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: la fabrication des sabres (Suite)   

Revenir en haut Aller en bas
 
la fabrication des sabres (Suite)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» fabrication d'une capsule
» Problème de fuite d'huile suite descente trottoir
» Etapes de fabrication du timbre
» fabrication de bache fine
» [AIDE] Probleme messagerie vocale virtuelle orange suite au passage à Froyo

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
nippondz :: DIVERS :: LE JAPON-
Sauter vers: